Chantier Martinez : un thonier de 35 m en infusion.

Vous êtes ici

Télécharger la fiche
21/03/2016

Le chantier naval Martinez vient de lancer la construction d’un nouveau thonier. Une première pour l’entreprise depuis plus de 10 ans. La commande est estimée à près de 3,5 millions d’euros.

Monumental. Le chantier naval Martinez vient de débuter la construction d’un thonier de près de 35 mètres. Un véritable événement pour l’entreprise. Selon le directeur technique du chantier, Ange Martinez, cela faisait « une bonne dizaine d’années » qu’il n’avait plus construit de bateau de ce type. « On n’en faisait plus à cause des quotas instaurés en matière de pêche au thon, indique le responsable de la production, Jean-Pierre Martinez. Là, ils les augmentent petit à petit. C’est pas mal pour nous. »

Et pour cause : selon le site internet La Lettre M, la commande, estimée à près de 3,5 millions d’euros, devrait permettre à la société de doubler son chiffre d’affaires en 2016 (1,5 million d’euros contre 0,8 million en 2015).

La construction du thonier, qui devrait durer un peu plus d’un an, a d’ores et déjà généré deux embauches. Six à huit autres seraient prévues dans les prochains mois. Pour fabriquer l’embarcation, les 22 salariés du chantier naval vont utiliser un procédé dernier cri. « Ce bateau sera fait en infusion, explique Jean-Pierre Martinez. On va réaliser la coque en deux parties qu’on assemblera à la fin. Pour l’instant, on est en train de faire un moule en aggloméré. Une fois que ce sera terminé, on posera les tissus dessus à sec, avant de le recouvrir de bâches pour le mettre sous vide. Ce n’est qu’ensuite que nous injecterons la résine de polyester. »

L’avantage de cette technique dite d’infusion ? « Elle permet d’éviter qu’il y ait des rejets toxiques dans l’atmosphère », répond Jean-Pierre Martinez. Le thonier innovant du chantier naval s’annonce également des plus performants. Le polyester est en effet plus léger que l’acier ou l’aluminium, ce qui permet de réaliser des économies de gasoil.

Commandé par une famille du département, le bateau devrait opérer depuis Saint-Cyprien. Cerise sur le gâteau : lors de sa visite sur le port, ce vendredi, le secrétaire d’État aux Transports, à la Mer et à la Pêche, Alain Vidalies, a assuré qu’il reviendrait à Saint-Cyprien lorsque l’embarcation serait terminée. Promis, juré, craché.